Céréales sucrées post image

Céréales sucrées

Les céréales et muesli contiennent 50 % de sucre et sont liées à l’épidémie d’obésité. Pour lutter contre ce type de nourriture, on affiche un tableau des valeurs nutritives et des calories.

Alimentation avant l’apparition du réfrigérateur

Un petit déjeuner typique américain du 19e siècle se composait d’œufs frits, de saucisses et de bacon : on ingérait en quelques minutes plusieurs doses quotidiennes de sel et d’acides gras saturés. Cependant, on ne parlait pas encore des dangers de ce régime car il n’y avait pas d’alternative.

Les réfrigérateurs industriels permettant de transporter les fruits sur de longues distances sont apparus au début du XXème siècle, et les réfrigérateurs domestiques commencent à être commercialisés en 1920. La possibilité de stocker de la nourriture à la maison a changé radicalement l’attitude des gens envers la nourriture et  le concept de « l’alimentation saine ».

Alternative « saine » à la graisse

Au début des années trente, le consommateur savait que des aliments trop gras pris au petit déjeuner causaient une sensation de pesanteur sur l’estomac et pouvaient provoquer une prise de poids. À la recherche d’une alternative plus saine, le choix s’est porté sur les bouillies et les céréales.

Deux entreprises, Kellogg et Post, ont offert presque simultanément une alternative rapide (et saine selon les normes de l’époque) – les céréales. Ces produits sont fabriqués à base de flocons de blé, d’avoine ou de maïs. Il suffit d’ajouter simplement un peu de lait et un petit déjeuner sain est prêt.

Histoire de Kellog

En 1894, John Harvey Kellogg et son épouse ont préparé les premières céréales en flocons : le blé cuit à point était pressé dans une feuille mince séchée au four pour faire ce que nous appelons aujourd’hui des flocons. À l’époque, il n’y avait pas encore de sucre ajouté.

En 1896, avec son frère cadet Will, John ouvre une clinique pour les personnes qui veulent perdre du poids, où l’ingrédient principal de leur régime alimentaire recommandé était ces mêmes flocons. Quelques années plus tard, leur clinique The Battle Creek Sanitarium March recevait environ quatre cent patients à la fois(1).

Céréales sucrées

Dix ans plus tard, Will ajoute du sucre à la recette des flocons, tandis que John est fermement opposé à une telle décision, car dans ce cas le produit perdrait ses propriétés diététiques. Les frères se querellent, et en 1922 Will enregistre sa propre entreprise nommée Kellogg.

L’entreprise Post, située dans la même ville de Battle Creek, ayant relevé une attitude positive des consommateurs, rend également ses flocons doux en ajoutant du jus de raisin. En 1970, ces deux entreprises contrôlent 85 % du marché des céréales aux États-Unis.

Lutte contre le sucre

La première déclaration sur les dangers du sucre a été faite en 1975 par le dentiste Ira Shannon. Son analyse a montré que certains flocons contiennent jusqu’à 70 % de sucre pur(3). Il est important de remarquer qu’à l’époque, ni la composition nutritionnelle, ni la valeur calorique ne figuraient sur l’emballage.

À cette époque, les émissions pour enfants étaient inondées par les publicités de snacks sucrés. Les héros de bandes dessinées étaient représentés sur des boîtes de céréales, et les mères étaient convaincues de donner un petit-déjeuner sain aux enfants. Shannon a insisté pour que les flocons de céréales soient considérés comme des friandises.

Opposition

L’industrie céréalière avec des ventes de 5 milliards de dollars (valeur de 1970) s’opposait vigoureusement aux exigences qui consistaient  à indiquer la quantité de sucre sur l’emballage, ainsi que de réduire son taux. Les lobbyistes de ces entreprises essayaient d’étouffer les débats concernant tout danger de sucre(1).

Il  a fallu quinze ans aux autorités américaines pour constater l’épidémie d’obésité infantile et l’associer aux flocons de céréales, puis exiger la publication du tableau des valeurs nutritives. Ensuite, la publicité a été interdite dans les émissions pour enfants. Toutefois, les entreprises ont commencé à orienter leurs efforts vers d’autres pays.

Situation actuelle

La production de Kellogg (marques Corn Flakes, Special K, Fruit Loops et des centaines d’autres) et General Mills qui a absorbé la Post et, à son tour, a fait partie du groupe de tabac Phillip Morris (marques Gold Flakes, Oatmeal Crisp et autres) est vendue dans le monde entier.

Le tableau des valeurs nutritives, obligatoire aux États-Unis, ne l’est pas partout ailleurs. Ces entreprises dépensent des milliards de dollars en publicité pour que les gens des pays en voie de développement (Mexique, Brésil, Russie et autres) croient aussi longtemps que possible que les céréales et muesli sont bons pour la santé.

***

C’est grâce aux céréales qui sont devenues le premier repas pré-préparé dans l’histoire que les États-Unis ont introduit l’obligation d’afficher le tableau des valeurs nutritives sur l’emballage. Cependant, les fabricants sont en constante expansion les marchés des pays en développement.

Références :

  1. Salt Sugar Fat: How the Food Giants Hooked Us, source
  2. Kellogg Company, Wikipedia Article, source
  3. Brand name guide to sugar : sucrose content of over 1,000 common foods and beverages, source

Date de publication :

  • 10 décembre 2013
Partages 0

Ajouter un commentaire :