Croissance musculaire post image

Croissance musculaire

Qu’est-ce qui influence la croissance des tissus musculaires ? Comment change le métabolisme des athlètes et pourquoi leur lutte contre la graisse est plus efficace ?

Qu’est-ce que la croissance musculaire ?

Les études montrent que la quantité de fibres musculaires est déterminée génétiquement et ne change pratiquement pas durant la vie(1). Ce qu’on appelle la croissance musculaire est en fait une augmentation du sarcoplasme et une hypertrophie du tissu conjonctif.

Le sarcoplasme est un liquide nutritif qui remplit l’espace entre les fibres musculaires et le tissu conjonctif. Pour simplifier, on peut dire qu’il se compose de glycogène (réserves de glucides), ainsi que de graisses, d’acides aminés et d’enzymes.

Énergie pour le travail musculaire

Pour que le muscle fonctionne activement, il a besoin d’une source d’énergie rapide. Il est important pour l’organisme d’avoir des réserves de nutriments dans le sarcoplasme, puisque c’est précisément là que le corps va chercher 100-150 g de glucides pour dépenser pendant l’entraînement de force.

Après l’entraînement, le corps cherche à compenser les pertes et envoie les glucides ingérés (ces mêmes 100-150 g) aux muscles, ce processus est appelé « fenêtre métabolique ». Il est important de fournir des glucides aux muscles pendant les deux-trois heures lorsque les réserves de glycogène sont minimes.

 Tissu conjonctif

Le tissu conjonctif entoure les fibres musculaires, les protège et les fixe directement aux os. Sous l’influence de l’entraînement de force, dans ce tissu apparaissent des microlésions dont la guérison conduit à une augmentation du volume des fibres musculaires.

La croissance musculaire de plus de 80 % est due à l’augmentation du tissu conjonctif(1). De plus, il existe différents types de fibres musculaires, et les différents types d’entraînement influencent l’un ou l’autre  type de fibres, ce qui conduit à des changements distincts dans le tissu conjonctif.

Récupération post-entraînement

Le processus de récupération des fibres musculaires commence entre 3 et 4 heures après l’entraînement(2), et se termine dans 36-48 heures, ce qui explique pourquoi il est inutile d’entraîner le même groupe musculaire plus souvent. La principale aide à la récupération est apportée par un bon sommeil et une alimentation saine.

Si le corps ne reçoit pas suffisamment de protéines et de calcium, le tissu conjonctif prendra plus de temps pour se remettre, avec plus de difficultés, ce qui minimise la croissance musculaire. En plus, l’organisme de ceux qui s’entraînent régulièrement s’habitue à dépenser plus d’énergie pour la récupération musculaire.

Le rôle de l’entraînement dans la croissance musculaire

L’entraînement de force donne une charge qui cause des microlésions et une augmentation postérieure du tissu musculaire. En outre, ce type d’entraînement améliore la sécrétion d’hormones (testostérone et hormone de croissance) qui influencent la croissance musculaire.

Les exercices cardio font circuler le sang dans le corps plus rapidement, ce qui permet de « purifier » les muscles des toxines et des substances indésirables dus à la régénération du tissu conjonctif, ce qui, à son tour, a un effet positif sur la vitesse de la récupération.

Métabolisme athlétique

Auparavant, on croyait que l’augmentation de la masse musculaire nécessitait plus d’énergie pour maintenir le volume, mais finalement on a découvert que 1 kg de muscle nécessite environ 50 kcals par jour, ce qui est très peu. En effet, c’est le métabolisme qui change en soi.

L’organisme de ceux qui s’entraînent régulièrement s’habitue à épuiser les réserves de glycogène pendant l’entraînement et à les remplir plus tard, ce qui augmente la consommation de glucides. En outre, le corps apprend à utiliser les protéines de la nourriture plus efficacement.

Les glucides vont-ils former des muscles ou de la graisse ?

Les dépôts vides de glycogène dans les muscles incitent le corps à envoyer la plupart des glucides consommés après l’entraînement pour remplir ces réserves. À ce moment, le corps ne cherche pas à conserver les glucides en tant que graisse, mais tente de récupérer les muscles.

Le corps des personnes qui ne s’entraînent pas a tendance à ne pas dépenser ses réserves de glycogène, et il est fort probable que le corps finisse par stocker l’énergie sous forme de graisse. Par conséquent, plus vous vous entraînez, mieux votre corps gère l’énergie.

***

Dans cet article nous avons étudié la question de la croissance du tissu musculaire. Dans la deuxième partie de l’article nous expliquerons comment l’entraînement de force influence cette croissance et quel type d’entraînement est le plus efficace pour augmenter la force et lequel – pour augmenter le volume et la masse musculaire. Aller à la seconde partie de l’article.

Date de publication :

  • 20 juin 2011
Partages 0

Ajouter un commentaire :