Régime paléolithique post image

Régime paléolithique

Le régime paléolithique et le refus de manger des aliments modernes : tout sur les avantages du passage aux aliments traditionnels. Les principales règles pour établir une ration alimentaire.

Habitudes alimentaires modernes

Environ 70 % des calories consommées par les habitants des villes modernes proviennent des sucres simples, des céréales transformées et des huiles végétales raffinées(1). C’est précisément de ces éléments nutritifs que sont composés le pain et les pâtes, les pâtisseries, les boissons sucrées et les aliments pré-cuisinés.

L’alimentation moderne qui nous semble si familière est presque entièrement composée d’aliments développés  par l’industrie alimentaire ces cent dernières années. De plus en plus, les experts concluent que c’est la cause de prise de poids  et de détérioration de la santé.

Fast-food

Le sucre alimentaire, couramment utilisé  aujourd’hui, a été considéré comme un produit de luxe  accessible seulement aux riches il y a une centaine d’années. La technologie utilisée pour la production industrielle de fromage de la matière grasse du lait existe seulement depuis 50 ans. Auparavant, le fromage était un produit très cher et personne n’aurait jamais eu l’idée de l’utiliser pour préparer une pizza.

Les premiers réfrigérateurs sont apparus aux États-Unis dans les années 1930, et les fours micro-ondes – dans les années 1960. Les centaines de générations précédentes ne pouvaient même pas rêver de conserver des aliments à la maison pendant des mois pour les faire cuire ensuite (en fait, décongeler) en quelques minutes.

Le régime « homme des cavernes »

Le régime paléolithique minimise la consommation des aliments modernes produits industriellement et implique la transition aux aliments traditionnels. Le nom du régime nous ramène à la période paléolithique qui a duré 2,5 millions d’années et s’est terminée il y a 15 mille ans(2).

Le régime « homme des cavernes » admet la consommation de poissons, de volaille et de viandes (de préférence nourris à l’herbe), d’œufs, de légumes, de fruits, de champignons et de noix. Les céréales, la farine et ses dérivés, le sucre, le lait, les produits laitiers et les huiles végétales transformées sont exclus.

Les avantages du régime

Les scientifiques qui étudient le régime paléolithique estiment que le refus de produits laitiers, de céréales et de sucre apporte un grand avantage pour la santé(1). D’une part, beaucoup de personnes souffrent d’intolérance au lactose, d’autre part, les gens sont de plus en plus souvent allergiques au gluten.

En outre, des études scientifiques récentes démontrent qu’il y a une forte probabilité que la consommation de sucre provoque non seulement une augmentation d’obésité, mais accroît également le risque de cancer (en particulier le cancer de l’œsophage), ainsi qu’une augmentation du diabète de type 2 et de la maladie d’Alzheimer(3).

Principales règles du régime paléolithique

Contrairement à de nombreux autres régimes, le régime paléolithique n’impose pas d’importantes restrictions sur la quantité de nourriture consommée ou le mode de préparation. Vous pouvez faire cuire, mijoter ou frire de la viande, du poisson et des légumes autorisés, le mode de préparation n’importe pas.

Bien que l’utilisation d’aliments biologiques et organiques, de viande de bétail nourri à l’herbe, le refus de consommer des pommes de terre, du riz et des produits issus de l’agriculture moderne soit recommandée par  certains chercheurs, cependant elle n’est pas clairement réglementée.

Régime paléolithique : la proportion de nutriments

Selon les recherches archéologiques, le régime alimentaire de l’homme des cavernes était principalement composé de produits d’origine animale : plus de 60-70 % des calories provenaient de viande et de graisses, tandis que les glucides ne représentaient pas plus de 20-40 %. En fait, le régime paléolithique était pauvre en glucides(2).

Il est important de noter que l’utilisation de légumes dans l’alimentation traditionnelle a été directement liée aux saisons et à l’emplacement géographique. La plupart des fruits sucrés étaient disponibles uniquement dans les régions tropicales, et les habitants des territoires de l’Europe et de l’Eurasie ne les connaissaient pratiquement pas.

Faut-il suivre ce régime ?

Malgré le fait que l’exclusion de la farine et des produits laitiers de la nourriture « industrielle », et du sucre sous toutes ses formes semble à première vue impossible, ce n’est pas le cas. En fait, les gens qui se soucient de leur silhouette évitent déjà ces produits.

Vous ne trouverez pas un nutritionniste affirmant que le sucre, le gluten et les aliments pré-cuisinés sont bons pour la santé humaine. D’ailleurs, on affirme de plus en plus souvent que l’alimentation moderne est responsable de nombreuses maladies.

***

La consommation de grandes quantités de nourriture atypique pour les humains peut provoquer non seulement des allergies alimentaires (intolérance au lactose, au gluten et autres), mais aussi de nombreuses maladies. Un régime alimentaire sain implique un retour à une alimentation traditionnelle.

Références :

  1. Origins and evolution of the Western diet, source
  2. Paleolithic diet, source
  3. High-sugar diets, type 2 diabetes and Alzheimer’s disease, source

Date de publication :

  • 27 mai 2013
Partages 0

Ajouter un commentaire :