Sexe et muscles post image

Sexe et muscles

Combien de fois par semaine avez-vous besoin d’avoir des relations sexuelles ? Tout sur l’influence du sexe et de la masturbation sur la force et la croissance musculaire.

Sexe et taux de testostérone

Ce n’est pas un secret que l’augmentation de la libido et le désir sexuel constant sont liés à un taux de testostérone élevé. La testostérone est, à son tour, la principale hormone de croissance musculaire, et si son taux dans le corps est faible, il devient pratiquement impossible de gagner du muscle.

Étant donné que les sports de force augmentent le taux de testostérone, ceci conduit à une augmentation de l’activité sexuelle, de sorte que les érections spontanées et le désir sexuel soient des indicateurs directs du taux élevé de cette hormone.

Combien de fois par semaine faut-il faire l’amour ?

Les études de Zhejiang University, menées sur 28 étudiants ont montré qu’en l’absence d’éjaculation le taux de testostérone est maintenue les 6 premiers jours, puis tombe brusquement le septième jour et diminue considérablement chaque jour suivant(1).

Cela montre que l’organisme d’un homme sain a besoin d’une éjaculation par semaine, en d’autres termes, le sexe ou la masturbation. En l’absence de ces derniers, le taux de testostérone diminue ce qui a un effet néfaste sur la santé et les muscles.

L’influence de la masturbation sur les muscles

Un taux élevé de testostérone et le désir sexuel qui résulte de l’insatisfaction conduit à une augmentation de cortisol, l’hormone du stress, responsable de la destruction des muscles. La prolactine, l’hormone secrétée lors des rapports sexuels, arrête ce processus.

Étant donné que la prolactine est produite après un rapport sexuel ou un orgasme, le corps ne tient pas compte de la façon dont cela a été réalisé, en solitude ou pas. En fait, c’est une preuve de plus que la masturbation n’est pas nuisible, mais bonne pour la santé.

Trop de sexe et les muscles

Le sperme contient beaucoup de zinc que le corps perd à chaque éjaculation. Étant donné que le zinc est nécessaire pour la production de testostérone, sans un apport suffisant de ce minéral, le taux d’hormone mâle diminue.

L’apport quotidien de zinc recommandé est de 10 à 30 mg par jour, la valeur varie en fonction de l’âge et de l’activité physique. Le son, les graines de blé germées et les graines de citrouille contiennent de grandes quantités de zinc. Le foie de bœuf en a aussi, mais en plus petites quantités.

Relation sexuelle avant l’entraînement

Comme nous l’avons déjà mentionné, après un rapport sexuel l’organisme de l’homme produit des hormones prolactine et ocytocine qui ont un effet relaxant sur le corps, améliorent l’humeur, diminuent la dépression, mais malheureusement, diminuent également la libido et le taux de testostérone.

C’est pourquoi il n’est pas recommandé d’avoir des rapports sexuels ou de se masturber 4 ou 5 heures avant le sport, et en particulier avant une séance d’entraînement de force. La somnolence, la relaxation et un faible taux de testostérone ne sont pas vos meilleurs amis pendant l’entraînement.

Relation sexuelle après l’entraînement

Des études scientifiques(2) démontrent que l’organisme masculin a besoin d’éjaculer au cours de l’heure qui suit l’entraînement. Selon cette théorie, cela aide à améliorer l’état du système immunitaire et accélère la récupération.

Par ailleurs, le taux de testostérone est à son maximum, ce qui confère un effet positif sur le désir sexuel. En fait, il semble que faire l’amour après une séance d’entraînement puisse être plus passionné et profitable pour la santé.

Le sexe, fait-il maigrir?

Une des questions les plus fréquemment posées sur le sexe se réfère aux calories brûlées pendant les rapports sexuels. En effet, un acte sexuel ne brûle pas autant de calories qu’on pourrait le penser- plus ou moins 300 kcals par heure. Tenez compte du fait qu’une heure est une prévision assez optimiste.

Mais comme nous l’avons déjà mentionné, le sexe a un effet positif sur le taux d’hormones chez des hommes, et en particulier sur la production de la testostérone responsable de la croissance musculaire et la diminution du tissu adipeux. Ainsi, le sexe peut se montrer bénéfique.

***

Des études scientifiques prouvent que même une semaine d’abstinence sexuelle (masturbation comprise) a un effet négatif sur le taux d’hormone sexuelle mâle – la testostérone. Il est donc important d’éjaculer et d’atteindre l’orgasme au moins une fois tous les sept jours.

Références :

  1. Jiang M. Periodic changes in serum testosterone levels after ejaculation in men. Sheng Li Xue Bao 2002 Dec 25;54(6):535-8
  2. U.K. Government Encourages Teen Masturbation? source
  3. Xin J, Zou Q, Shen JW. A research on the relationship between ejaculation and serum testosterone level in men. J Zhejiang Univ Sci. 2003 Mar-Apr;4(2):236-40.

Date de publication :

  • 1 avril 2012
Partages 0

Ajouter un commentaire :